01. FIFO

Ca vous dit quelque chose cet acronyme? FIFO c’est pour «First In, First Out» ou premier entré, premier sorti en français. On utilise ce principe en gestion de stock et en comptabilité, mais c’est tout aussi pertinent ici. Le principe soutient que les premières choses qui sont entrées devraient également être les premières qui sont utilisées. Ainsi, pour mieux conserver ses aliments et éviter de les gaspiller, la première chose qui devrait être fait au retour de l’épicerie est de placer les aliments «neufs» (ceux qu’on vient d’acheter) derrière ceux qui sont là depuis quelques jours. C’est la même chose pour nos restes : ceux qui viennent d’être faits devraient être mis derrière ceux qui sont là depuis plus longtemps. Cela nous permet donc d’avoir accès aux aliments qui risquent de périmer le plus rapidement et de les utiliser avant qu’ils ne soient plus bons!

 

Photo Unsplash

 

02. TEMPÉRATURE ET ENDROIT

Les aliments ont tous une température qui leur permet de conserver plus longtemps leur propriétés avant de se dégrader. Notre réfrigérateur devrait donc se situer entre 0°C et 4°C : l’utilisation d’un thermomètre peut donc nous indiquer si notre réfrigérateur est trop chaud. Une température supérieure à 4°C accélère le processus de dégradations des aliments par les bactéries et on les perd! Au retour de l’épicerie, on range donc rapidement les aliments qui doivent être froids et on utilise les compartiments nécessaires dans le réfrigérateur, par exemple pour les fruits et légumes. À noter que la porte du réfrigérateur est habituellement l’endroit le plus chaud, puisqu’en ouvrant souvent la porte, la température varie (6-8°C en moyenne). On évite donc de mettre des aliments sensibles à la chaleur dans la porte de notre frigo, on peut y entreposer nos œufs, nos condiments, notre beurre-margarine et nos boissons

 

03. CONTENANTS

Le récipient dans lequel nos aliments sont entreposés est aussi très important. Certains types de contenants (comme les intelli-frais de Tuppeware) sont spécialement conçus pour conserver les aliments plus fragiles et prolongent la durée de vie de ceux-ci. Autrement, mon amie blogueuse LaFraiche (@lafraicheleinsta) propose un truc super facile pour conserver ses laitues croquantes jusqu’à 2 semaines : les entreposer (une fois bien propre et essorée) dans des pots Mason. Certains aliments se conservent également mieux à l’abris de la lumière, c’est le cas notamment des huiles et des noix. Des contenants opaques sont donc appropriés pour ces aliments. Finalement, on s’assure que nos contenants sont hermétiques, sans trous ni craquelures ou fissures pour une conservation optimale

 

Photo Unsplash

 

GBS

Mon dernier point et non le moindre, le Gros Bon Sens. Les aliments comportent une date «meilleur avant». Chez certaines personnes, cette date est une vérité et on ne peut pas manger l’aliment si la date est dépassée. Pourtant, la date indique seulement qu’après ce moment, le produit peut se dégrader (fraîcheur, goût, valeur nutritive, etc.). Aussi, cette date s’applique seulement si le produit n’a pas été ouvert et s’il a été conservé conformément aux consignes du fabricant. Ainsi, si mon contenant de hummus est ouvert 30 minutes après l’avoir acheté, la date sur l’emballage ne veut plus rien dire. On utilise donc nos sens plutôt que les informations du fabricant pour déterminer la fraîcheur de l’aliment. Un aliment qui n’est plus frais va avoir une odeur désagréable, une texture différente, un aspect douteux ou une couleur inhabituelle

 

 

Plusieurs ressources peuvent nous aider a bien conserver les aliments dont le MAPAQ qui offre plusieurs informations sur la durée et la température idéale pour une vaste gamme de produits. Que ce soit pour notre portefeuille ou pour l’environnement, une meilleure conservation des aliments est bénéfique pour tous!

 

Marjolaine Cadieux, Dt.P, M.Sc

@lespiedsdanslesplats_

marjolainecadieuxnutrition@gmail.com

www.lespiedsdanslesplats.ca