Commençons avec le principe que les hommes doivent uniquement porter des pantalons. Cette notion est arrivée que tard dans l’histoire, alors qu’avant, tout genre confondu portait des robes, tuniques et jupes. Encore aujourd’hui, en dehors de la société occidentale, porter des vêtements que l’on pense féminins n’est pas toujours vu comme une mauvaise chose. Pensons juste au costume traditionnel de l’écosse, le kilt, qui s’apparente à nos jupes écolières

Depuis plusieurs années, les membres de la communauté LGBTQIA+ brisent ces barrières, que ce soit des hommes portant des vêtements plus traditionnellement féminins, ou encore le contraire avec des femmes portant des vêtements plus masculins

Par contre, ce phénomène est plus récent avec des célébrités cisgenre et hétérosexuelles. Harry Styles, depuis le début de sa carrière solo, n’a arrêté de pousser les limites, portant tantôt des bijoux de perles, tantôt des ensembles roses ou encore des blouses rappelant la lingerie. À la scène locale, nous avons Hubert Lenoir, pour qui le maquillage efféminé ou des longues boucles d’oreilles est habituel

Photo Journal de Québec

Photo Harper’s Bazaar

Je pense que s’il y a une chose à retenir, c’est que, au final, les vêtements n’ont pas de genre. Que tu sois homme, femme ou n’importe où entre les deux, au final, un vêtement est un vêtement. Aucune loi ne dicte que le rose est pour les femmes ou les complets pour les hommes. Il est important de ne pas juger, et d’accepter toute personne peu importe son look

En 2020, ensemble, nous sommes capable de briser les stéréotypes un vêtement à la fois