Instagram @jvn

 

Jonathan Van Ness est l’une des personnalités derrière laquelle la communauté LGBTQ+ se rallie depuis le premier épisode de Queer Eye en 2018. Et avec raison. Son charme, sa joie de vivre et ses slogans accrocheurs, il était un rayon de soleil pour tout le monde. À travers ce qu’il définirait sûrement comme étant le pouvoir de la mode, il repousse les limites de ce qui est “acceptable” à Hollywood. Il permet à plusieurs de (finalement) se reconnaître et s’identifier à quelqu’un dans les médias. Plus tôt cet été, il a déjà exposé une de ses grandes vérités: il a fait l’annonce qu’il est non-binaire, voulant dire qu’il s’identifie à aucun des genres et préfère vivre dans le flou. Avec ce mémoire à l’horizon, Jonathan Van Ness, qui semblait déjà être une livre à grand ouvert, s’ouvre encore plus à nous

 

Instagram @jvn

 

OVER THE TOP

 

Instagram @jvn

 

Jonathan décrit ce livre comme une expression non-interrompue de qui il est vraiment, sans l’artifice de l’humour qu’il utilise comme mécanisme de défense. Dans son entrevue avec The New York Times, Van Ness explique que les attentes d’une personne scintillante comme lui le suive à la télé comme dans la rue. La demande d’être drôle et heureux est présente à chaque instant et dans chaque interaction. Il a donc gardé certains sujets plus difficiles à aborder avec une tournure humoristique pour cette occasion

 

Instagram @jvn

 

Jonathan dévoile que son mémoire touche à ses traumas passés, d’agression sexuelle, de dépendance aux drogues, du travail de sexe et de son statut de VIH positif. Je t’avais dit que ça allait pas être des recettes de guacamole et d’omelettes

 

Instagram @jvn

 

LE VRAI JVN

 

Instagram @jvn

 

Son message est clair : être une personne visible et fière, vivant avec le VIH c’est important. Il dit même avoir douté vouloir en parler, le stigmate du VIH dans la communauté LGBTQ+ remonte à des décennies et est encore un sujet dont plusieurs ne savent pas comment aborder. C’est l’oppression du climat politique des États-Unis qu’il cite comme étant la chose qui lui a donné un sentiment de devoir en parler. Je comprend qu’un mémoire de quelqu’un de 32 ans, on peut facilement se dire “ouais, mais comme… déjà?”. Jonathan Van Ness a du vécu et un message important. En plus, c’est sûr d’être des histoires heavy, qui sont entourées de récapitulatifs des finales d’équipes en gymnastique féminine des 6 derniers Jeux Olympiques

 

Instagram @jvn

 

Que t’écoutes Queer Eye ou non, c’est sûr que tu connais Jonathan Van Ness. Indéniablement une star, il pourrait faire le show seul et ça serait tout aussi bon. Je te laisse donc sur ces meilleurs moments à l’émission, ou ce que j’appelle “la vidéo à regarder si je suis triste” :