JOUER.

Ballerine exceptionnelle et actrice de mérite dans d’autres vies, on lui lancerait sans aucun doute toutes nos fleurs si seulement Josiane Lanthier avait enfilé ses chaussons de ballet et n’avait pas raté toutes ses auditions..! C’est grâce à un coup de foudre pour la couleur que l’art visuel gagne le coeur de l’artiste née. Curieuse et touche-à-tout, la petite Chosie a toujours adoré « jouer à ça, l’art » et c’est probablement parce que la peinture reste un jeu jusqu’à ce jour que Josiane en fait carrière!

 

APPRENDRE.

Josiane Lanthier , Denis est arrivé – 2019
20 x 24 pouces
Acrylique, peinture vinylique, aérosol et pigment sur toile

 

C’est au Cégep Lionel-Groulx à Ste-Thérèse que Josiane tombe en amour pieds par-dessus tête avec la couleur. La relation s’annonce tumultueuse quand l’artiste fait connaissance avec la théorie de celle-ci qu’elle trouve « super-tough »! Une fois maîtrisée, Josiane fait de la couleur son arme de prédilection contre le gris, la platitude et le manque de vie. Débordante de potentiel et rage de vivre dans le tapis, elle débarque en Arts Visuels et Médiatiques à l’UQAM pleine de confiance. C’est une méga dose d’humilité qui s’impose avec la rencontre de ses contemporains. La jeune étudiante, bouche bée et « su’l cul » devant les oeuvres d’artistes peintres en fin de BAC comme Jérémie St-Pierre et Nicolas Ranellucci, prend son coin et se « pogne un ti 2 mins » pour remettre en question sa propre production. Sous la tutelle d’enseignants comme François Lacasse qui la pousse à laisser les médiums parlés et à écouter l’oeuvre en production, Josiane se travaille une nouvelle approche. Son style figuratif de l’époque se fait tranquillement remplacer par quelque chose de plus conceptuel quand la jeune peintre se met à explorer les relations entre les différents médiums, à découvrir la valeur des beaux accidents. L’éternel enfant qui n’a jamais oublié le jeu s’en est trouvé un nouveau: provoquer des accidents et trouver leurs magnifiques solutions!

 

DÉCOUVRIR.

Josiane Lanthier, Les oiseaux rares – 2019
48 x 72 pouces
acrylique, peinture vinylique, aérosol et pigment sur toile

 

 

Équipée de son oeil critique qui remarque la beauté dans tout, Josiane part en conquête des continents après l’université. Elle voyage un peu partout et se remplit les yeux et la caméra de plans de vue intéressants des paysages étrangers qui peuplent sa trajectoire à outre-mer. À son retour au bercail, Josiane revisite ses albums photos et se laisse séduire par les clichés les plus percutants. Les scènes les plus parfaitement capturées se voient juxtaposées avec l’onirique et l’imaginaire bien à elle que la peintre cultive depuis l’enfance. La nature est inspirante et elle donne tous les indices à l’artiste. Josiane lui emprunte ses textures mais change ses couleurs, elle lui vole ses compositions mais y rajoute ses propres états d’âme du moment présent. À l’aide de « masking tape », de « spraycan » et de pinceaux meurtris, les accidents arrivent, bienvenus et productifs. Chosie patauge dans sa production avec entrain, enjouée et nonchalante, une vraie fillette qui trippe dans le carré de peinture!

 

REVENDIQUER.

Adepte de la contre-culture et du mouvement « punk » étant jeune, les vestiges de ces idéologies perdurent dans l’art de Josiane Lanthier, en attitude et en style. Pour l’artiste, « faire de la peinture, c’est super punk! ». Elle glorifie d’ailleurs Barbeau et Monet autant, sinon plus, que les fans de Sid Vicious ou des Ramones. Multidisciplinaire et aussi habile avec une machine à coudre qu’un pinceau, l’artiste s’invente « designer » et couturière pour donner place d’honneur aux légendes du Refus Global et du Groupe des Sept dans ses confections de vêtements recyclés. Elle reprend sans excuses l’esthétique « punk » en remplaçant l’anarchisme par la créativité et l’inspiration, le « fuck toute » par une bonne dose de culture!

 

PARTAGER.

Josiane Lanthier, Saint-Armand avec Charlie dans le ciel – 2019
42 x 60 pouces
Acrylique, peinture vinylique, aérosol et pigment sur toile

 

Quand on parle à Josiane devant ses créations, on est ensevelis par toute la passion du monde entier qui déborde de son petit corps. Le discours qui jaillit de ses lèvres en jasant de sa pratique est mitraillé d’onomatopées, « Krrrrsh » en pointant un jet de lilas fluo dans une forêt pourpre, et « fssst » montrant un point orange perdu au milieu d’un lac bleu poudre. Difficile de définir les sujets de ses compositions par elle-même, c’est en conversation avec l’audience qui regarde son travail que la peintre aime mettre en mots ce qu’on y voit exactement. De l’écouter parler de peinture redonne la joie de vivre aux aigris, impossible de ne pas tomber sous le charme en entendant « j’peux tu juste te flasher une couleur pour te rappeler qu’elle est belle? »

 

Josiane Lanthier, 117 Nord – 2019
42 x 48 pouces
Acrylique, peinture vinylique, aérosol et pigment sur toile

 

Rendez-vous sur Instagram et Facebook pour voir son travail: @josiane_lanthier