Instagram @geniebouchard

 

QUOI

Pour bien commencer, il faut déjà savoir quels sont les types d’étirements qui s’offrent à nous. Le plus commun est l’étirement statique. Il s’agit de prendre une position où le muscle choisi est allongé, et maintenir la position dans laquelle l’amplitude est à son maximum. Par exemple, le fameux étirement du quadriceps. Debout, la cheville remontée sur la fesse est tenue dans la main. Si je maintiens cette position sans mouvement, j’ai un étirement statique

Ensuite, il y a l’étirement dynamique, les éducatifs de course de style genoux hauts, talons aux fesses, skip A, …etc. Ça implique d’amener le muscle dans une position allongée en le contractant volontairement pour plusieurs répétitions

Le prochain étirement est celui balistique, on le reconnait avec le fameux balancement de jambes, installé contre un mur en faisant des arcs de cercle. Il y a d’autres méthodes d’étirement tu t’en doutes bien, mais on pourrait y passer la nuit. Déjà avec ces trois méthodes, tu pourras y trouver ton compte

Photo par Autumn Goodman sur Unsplash

 

POURQUOI ET COMMENT

Maintenant que tu connais les trois grands types d’étirements, il faut savoir quel est le moment le plus propice. Pour répondre à cette question, il faut d’abord s’en poser une autre : Pourquoi je m’étire?

Si la réponse est je veux réduire mes courbatures… Désolée, ton aventure se termine ici. Les conclusions scientifiques actuelles démontrent que les étirements ne réduisent pas les courbatures et pourraient même les augmenter. La seule chose qui joue en ta faveur c’est l’effet placebo mais tant qu’à ça, dis-toi qu’une bonne nuit de sommeil va faire le tour

Ensuite, si tu t’étires avant de courir ou de prendre part à une activité sportive pour te préparer… ça passe, mais limite. Ce que je veux dire par là c’est que tu dois réchauffer et activer tes muscles avant de bouger, ça oui! Par contre, tenir ta cheville sur ta fesse 45s avant de courir… non. L’effet que tu recherches vraiment en faisant ça c’est de préparer tes articulations et tes muscles aux mouvements, ce que tu devrais donc faire c’est une activation constituée de mouvements qui augmentent peu à peu l’amplitude articulaire et vont activer les muscles volontairement! Ça te dis quelque chose? Oui aux genoux hauts et talons aux fesses. T’es pas mal plus prête à faire n’importe quel type d’activité en faisant un étirement dynamique ou ballistique incorporé dans ton échauffement

Et dernière raison de s’étirer : augmenter ta souplesse et mobilité. Alors ceux-là, jackpot! C’est bien la meilleure raison et pas mal la seule

Plusieurs raisons devraient te pousser à vouloir travailler ta souplesse. La prévention de blessures dans les sports et dans la vie en générale est la première. Pouvoir réaliser des mouvements en pleine amplitude c’est aussi une bonne réponse. Pour cette catégorie d’étirements malheureusement, la science n’est pas encore arrivée avec la recette magique. Plusieurs techniques se vantent d’être les meilleures mais selon moi, il te suffis d’en choisir une que tu aimes et d’y aller avec ça. Foam roller, massage sportif, statique, dynamique, facilitation neuromusculaire proprioceptive (FNP), yoga, pilates… lâche-toi lousse

 

QUAND

Pour ce qui est du quand? N’importe quand, si tu t’étires pour t’étirer alors vas-y quand tu veux. Le plus souvent possible, pendant ton workout, à la fin de ton workout, chez toi ou même au travail. Pour un protocole super précis et des mouvements particuliers, demande à n’importe quel professionnel du mouvement, ça va accélérer tes résultats de manière sécuritaire