LE NOUVEAU GAC

Dans l’ancien GAC (tsé là, l’arc-en-ciel) on avait des portions selon notre âge et notre sexe de diverses catégories d’aliments (fruits et légumes, produits laitiers, etc.). Pour la nouvelle mouture du GAC, le gouvernement du Canada a plutôt opté pour une assiette ainsi que 7 recommandations. Nouveauté également : les entreprises n’étaient pas présentes lors de l’élaboration du guide. Ainsi, elles n’ont pas eu leur mot à dire ou n’ont pas pu influencer le gouvernement pour que leurs produits soient visibles dans le nouvel outil.

L’ASSIETTE

L’assiette du nouveau guide est séparée de la façon suivant : la moitié de l’assiette sous forme de légumes/fruits, le ¼ sous forme de produits céréaliers à grains entiers et le ¼ sous forme d’aliments protéinés. Ces nouvelles recommandations, appuyées par la science, permettent de conserver la santé et préviennent l’apparition de plusieurs maladies (genre diabète de type 2, hypertension artérielle, cholestérol, etc.)

Les fruits et légumes

Si t’es pas habitué d’en manger, manger la moitié de ton assiette c’est peut-être too much, tu pourrait peut-être commencer par le tiers et augmenter graduellement. Sinon, ce sont TOUS les fruits et TOUS les légumes qui sont intéressants : séchés, congelés, en conserve rincés. Le plus important : mange ceux que tu aime et de la façon que tu les aimes (potage, rôtis, vapeur, gratiné, etc.). Aussi, si t’aime pas les légumes, j’veux juste te rappeler que ça peut prendre 12 fois à goûter à un aliment avant de vraiment savoir si tu l’aimes pas. Fek tu devrais les essayer encore et encore, mais aussi modifier la façon qu’ils sont apprêtés. Par exemple, j’suis pas fan des champignons entiers ou en trempette, mais les potages de champignons ou coupés en petits cubes, je les apprécie. Alors décourage-toi pas pi essaies les, j’suis certaine tu va trouver ceux que t’aimes.

 

Les produits céréaliers à grains entiers

Là, on va mettre de quoi au clair, les carbs (féculents, glucides) c’est pas l’ennemi : 45-65% de l’énergie qu’on consomme au quotidien devrait provenir des glucides (fruits, pains, pâtes, grains, etc.). La différence est d’opter pour des produits à grains entiers. On choisi donc nos produits «bruns» : pâtes brunes, riz brun, couscous brun, etc. et on opte pour une variété de grains comme le quinoa, l’orge, le sarrasin, l’avoine, le millet…

Les aliments protéinés

En Amérique du Nord, les gens consomment habituellement suffisamment de protéines. C’est plutôt dans la répartition et dans le choix qu’on peut s’améliorer. Ainsi, on essaie de consommer des protéines (produits laitiers, noix, graines, légumineuses, tofu, tempeh, protéines végétales texturées, edamame, viande, volaille, poissons, etc.) de façon constante dans la journée (ta toast à la confiture le matin, ça marche pas) et d’intégrer selon nos goûts et préférences les protéines végétales. Celles-ci ont démontré non seulement avoir des bienfaits sur la santé et la prévention de maladie, mais également sur l’environnement. On a pas pour autant besoin de devenir végétarien, mais juste essayer de nouveaux produits pour augmenter notre variété !

LES RECOMMANDATIONS

En plus de l’assiette, le guide propose 7 recommandations pour t’aider à manger plus sainement. Les voici donc avec des explications pour que tu comprennes l’impact de ces éléments sur ton alimentation :

1.Prendre conscience de ses habitudes alimentaires
2.Cuisiner plus souvent
3.Savourer les aliments
4.Prendre des repas en bonne compagnie

Pour les conseils 1 à 4, c’est surtout le contexte des repas qui est abordé. En prenant conscience de ce qu’on mange, en cuisinant plus souvent, etc. c’est le climat autour du repas qui est modifié. Habituellement, les repas préparés maison, consommés en bonne compagnie et savourés sont des plats qui sont beaucoup plus intéressants d’un point de vue nutritionnel que les aliments de restauration consommés rapidement dans l’auto. Aussi, ces recommandations proposent qu’il faut revoir notre façon de consommer les aliments et de remettre une priorité aux repas pris en famille.

5.Utiliser les étiquettes des aliments
6.Limiter la consommation d’aliments élevés en sodium, sucre et/ou gras saturés
7.Rester vigilant face au marketing alimentaire

Pour les conseils de 5 à 7, c’est surtout dans le choix des aliments commerciaux où il faut être plus conscient. On essaie donc de choisir une liste d’ingrédients courte, contenant des mots qu’on connaît et on fait attention au marketing alimentaire (l’emballage de l’aliment n’est pas là pour nous aider, mais plutôt pour faire vendre, on s’en souvient!)

 

Bon app’

Les Pieds Dans Les Plats