Connaître son corps

But first, entendons-nous sur la définition : la masturbation est « une pratique sexuelle solitaire et / ou dyadique de la stimulation des organes génitaux par les mains ou autres parties du corps, le(s) jouets sexuels ou autres, ou par la stimulation d’autres zones érogènes et dont le but est le plaisir sexuel et / ou l’orgasme (Morin, 2018). »

 

@bloss.um_

 

D’abord, peu de gens sont ouverts et confos de parler de masturbation en général, ce qui est comprenable. On se questionne sur les traces que portent les normes sociales aujourd’hui, et la place qu’elles occupent à l’intérieur du discours des familles sur la masturbation. Dans l’éducation à la sexualité, qu’elle fut donnée par tes parents, la gang « cool » de ton secondaire ou encore par la porn, la place accordée aux activités masturbatoires est mince. C’est bien de se rappeler que la masturbation peut être impliquée dans le processus de découverte de soi, comme avec l’aisance corporelle et la reconnaissance des désirs sexuels

 

@bloss.um_

 

Difficile de savoir ce que l’on aime dans la sexualité si on ne l’a jamais exploré nous-même ! Avoir appris à connaître son corps et ses zones d’excitations est fort utile, surtout dans un contexte à deux. Entre nous, cessons de mettre autant de pression sur l’autre et favorisons l’extase à deux (ou plus). Ça peut commencer par l’exploration personnelle si on le souhaite

 

@bloss.um_

 

Malaise ?

En creusant un peu plus, on déterre une autre couche au malaise collé aux pratiques masturbatoires. Comme dans full de comportements sexuels, la masturbation est perçue différemment selon que tu sois un gars ou une fille. Les rôles sexuels stéréotypés et traditionnels jugent qu’il est plus ok pour un homme de se masturber, alors que le plaisir sexuel féminin est downé

 

@bloss.um_

Selon l’idée que les hommes ont des pulsions sexuelles, on justifie leur comportement masturbatoire sans préjugé, simplement par besoin de relâcher cette tension sexuelle « insupportable ». De leur côté, les femmes qui usent de plaisir solitaire sont souvent pointées comme de tristes insatisfaites qui méritent de meilleurs amants. Mais pourquoi cet écart monumental comme quoi l’homme est une fois de plus le boss du plaisir sexuel féminin ? C’est un lourd background de critiques qui se cache derrière l’inconfort à se masturber, surtout pour les femmes

 

@bloss.um_

 

Lysandre Nadeau a publié sur Instagram un post qui nous inspire pour l’avenir et qui tend vers une déstigmatisation de la masturbation féminine. C’est dans un voyage confrontant à l’autre bout de la planète, qu’elle se confie sur la difficulté de trouver de l’intimité personnelle avec légèreté et humour, ce que nous admirons

 

@lysandrenadeau

« Aujourd’hui j’ai envie de vous partager une difficulté du voyage backpack non-négligeable… C’est très difficile de trouver des moments opportuns pour se masturber. Bonne journée à tous ! xx ».

Le genre de message qui fait du bien à nos cœurs de futures sexologues (et de femmes, point). Assumer nos désirs en tant que femme et affirmer que nous nous donnons le droit de parcourir notre corps, l’aimer et lui donner du plaisir, sans personne d’autre ; c’est sans aucun doute le plus bel empowerment possible


Annabel et Geneviève


@sexomclove