Vie

Les tendances Instagram vues par un gars

Pinterest

Le vieux grincheux, c’est moi. 34 ans et déjà dépassé par certaines modes, certaines tendances. C’est pas “si vieux” non plus, bien sûr, mais la plupart de mes amis de mon âge, surtout ceux qui ont déjà des enfants, ils ne sont pas très “insta”. On peut comprendre!

Si les mots Netscape, Winamp et mIRC ne te disent rien, il est fort probable que 34 ans, ça puisse te paraître un âge lointain. Ça commence à être vénérable. Rendu-là, on est supposé s’être trompé souvent, avoir compris certaines choses essentielles, mais surtout, on doit commencer à être moins con. 

Pourtant, je reste connecté par curiosité. Un pied dedans, un pied dehors. C’est parfois franchement drôle de voir la vitesse à laquelle les modes apparaissent et disparaissent sur les réseaux sociaux.

Avec ma perspective de bonhomme 7 heures qui se couche tôt et qui a les idées claires, je me penche pour toi sur certaines des tendances “instagram” qui pourrissent mon feed au quotidien. 

Attention, cet article n’est pas tendre.

Les boomerangs

Ça fait déjà quelques années que les boomerangs font malheureusement partie de la réalité d’Instagram. Malgré cela, je suis pris d’une rage sans borne lorsque je tombe sur le compte d’une amie qui se dandine à l’infini dans mon téléphone. Ou un autre, qui me fait revivre son sacrament de chin-chin 23 fois de suite. L’effet que ça fait, dans ma tête, c’est le même que des ongles sur l’ardoise d’un tableau. Pire encore, c’est le même effet que de se faire arracher un ongle avec une paire de pinces, 23 fois de suite

Je vais plus loin: jusqu’à maintenant, un seul boomerang m’a fait rire. Juste un!
C’est celui d’un ami qui sourit bêtement à la caméra pour faire son comique. C’est l’hiver à Montréal, sur un coin de rue glacé. Il avance vers le téléphone et ses deux pieds partent en l’air.  Il retombe de tout son poids sur son os de cul. Je ne sais pas lequel, mais il devait être bien concassé. Ça, c’était drôle. J’ai ri! Y’avait l’air d’un méchant cave

Toi pis ton amie qui vous dandinez back and forth lors une soirée corpo-quétaine du Vieux-Montréal, wrappées dans vos robes moulantes… Ça, c’est pénible. Ça l’était en 2015 quand c’est sorti et ça ne s’est pas arrangé depuis, je vous le confirme. À chaque petit mouvement de paupières répété, de jambes, de hanches, de bras, à chacune de ces pathétiques répétitions, c’est une partie de toute la beauté de la vie sur terre qui meurt un peu
Pensez-y.

La beach un jour la beach toujours

Instagram @itscaseyevans

Crois-moi, tout le monde était très content de voir tes photos de la Martinique en plein milieu du mois de janvier au Québec. Chaque jour, ta famille et tes amis ne se pouvaient plus de jalousie et parfois, de haine pure contre toi et tes flâneries le long des vagues. Mais on va mettre quelque chose bien au clair! Si tu reviens en février, tu ne peux pas continuer à poster indéfiniment tes palmiers, ton bedon bronzé, tes rivières dans la jungle et tes margaritas. À tout voyage, il y a un début et une fin. Même chose sur ton feed Instagram. Si je te croise au Pharmaprix en mars et que tu viens de poster ta photo de toi pis Carlos à Ixtapa… c’est juste triste, pis fake

On va faire un deal. À chaque 6 mois, t’as le droit d’en remettre une. T’as le droit de t’ennuyer, c’est normal! Et après 2 ans, là c’est fini, tu pourras plus en poster jamais. Rendu à 2 ans, t’es due pour un autre voyage anyway

Deal?

Les mains de T-Rex

Instagram @laurajadestone

La tite, tite main recroquevillée, posée comme une tarentule dans ton cou

La main morte abandonnée au delta de ta craque de boules
La main statique, comme celle d’un bonhomme Lego qui supporte ton menton
La main avec du henné, je lève les yeux au ciel
La main avec des faux tatouages argentés style Coachella 2010, je vomis c’est promis
La main censée pogner des cheveux, mais tellement molle qu’elle pogne pas de cheveux
La main avec un doigt sur le bord de ta lèvre. As-tu faim? J’ai des coupons de chez Subway
La main avec le bras par dessus la tête, et qui pend comme une guenille…
Démantibulée la fille?
La main qui place les cheveux derrière l’oreille et le petit sourire entendu
On a compris, tu l’sais qu’on l’sait qu’t’es belle

La main dans la photo, elle se veut comme une flèche qui pointe une région, qui touche la partie du corps qu’on désire montrer. La portion à désirer. C’est une main faire-valoir. C’est une main qui devient celle que l’on voudrait à cet endroit.

S’aimer et se toucher, c’est cool, mais parfois, en public, ça fait weird un peu

COOL TON YAOURT AUX GRAINES DE CHIA EN STRATES

Instagram @gatherandfeast

Cool, un poke bowl! Cool, un smoothie brocoli et kiwi. Cool, des pâtes aux fruits de mer.
Quand Instagram à débuté en 2010, on blaguait beaucoup: La bouffe y occupait une place primordiale. Encore aujourd’hui, on n’arrive pas à s’en débarrasser. C’est ainsi

Conseil d’ami:
Quand tu es au nouveau resto générique du coin, “cuisine du marché”, décoré style entrepôt, éclairé avec de grosses ampoules vintage et que le chef cool de l’émission Les Chefs t’apporte chacune de tes 5 assiettes de bouffe… t’a pas besoin de nous poster chacune des 5. Déjà, dans l’obscurité et éclairée par ton flash, ton assiette à l’air d’être pleine d’une même gibelotte informe. Ta boule de chocolat qui fond à la fin, regarde-la fondre avec tes yeux, parce qu’à travers ton téléphone, ça a l’air tout simplement pas mangeable.
La bouffe, ça se mange. Pour les photos, il y a des professionnels pour ça

Pensée du jour:
Quand tu es chez toi et que tu poses ton déjeuner et que tu cliques sur share… tu ne share rien. Zéro. Niet. Ce n’est pas partager ça. Il n’y a que toi qui mange, toute seule dans ton coin!
La prochaine fois, partage ton repas avec quelqu’un, plutôt que de le share au reste du monde qui, je te le garantis, s’en câlisse solide